Enseignement

Le budget alloué à l’enseignement ne vous semble pas suffisant ? Les priorités, les choix politiques ne vous semblent pas favorables à l’éducation ? Réagissez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie et votre numéro de téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

34 réponses sur “Enseignement”

  1. Le gouvernement à mis en place les classes allégé en cp et ce1 sauf qu il oublit de dire qu il a supprimé les razed pour récupérer les institutrices pour les attribué aux classes allégé donc plus d’accompagnement pour les familles et les enfants en difficulté s.
    Le gouvernement n’ a rien fait pour lutter contre le harcèlement à part une loi et n’ a rien fait pour diminuer le mal être de nos enfants c’est à dire le nombre d’enfants qui se suicide en France le taux est le plus haut que celui des accidents routiers mortels. Il y a un manque d’infirmière et de médecin scolaire, une infirmière à temps partiel dans un collège de 600 élèves mais aussi partagé sur les maternelles et les élémentaires de la circonscription et la même chose pour le médecin
    Trop d’élèves par classes 31 , trop de cours par jour pour les collèges et les lycées, trop de vacances l’été,

  2. Tout le monde se plaint que les classes sont surchargées alors qu’il parait que le ration élève/prof diminue.
    Ma question est simple: combien de prof ont
    aucun élève
    0 et 9
    10 à 19
    20 à 29
    30 et +
    L’on pourra peut être entrevoir un début de cause et donc de solution.

  3. Instruction civique et morale

    De la 6e à la terminale est prévu un cours d’Éducation morale et civique. Une heure par semaine au collège, 1 heure par quinzaine au lycée.

    J’ai pensé qu’on allait apprendre à nos enfants comment est organisé notre pays, qui fait quoi, dans quel cadre et comment les élus sont élus et pour faire quoi, quels sont les « étages » de notre organisation administrative, etc.
    Ce qui parait un minimum pour des jeunes qui seront bientôt appelés à voter.

    De temps en temps je demandais à mes petits enfants ce qu’on leur apprenait dans cette matière. Comme on ne leur disait toujours rien de l’organisation de notre pays, j’espérais que ce serait l’année suivante…
    La période du collège est maintenant passée et toujours rien.

    De la morale, oui, on lui en a parlé. Lutte contre le racisme, choix de comportements, etc. En fait toutes choses qui doivent être apprises à l’enfant par la famille. Que l’école pallie les manque dans certaines familles, d’accord, mais ça ne doit pas devenir l’unique sujet de ce cours.
    Et l’instruction civique alors ?

    En entrant en seconde on ne leur a toujours pas appris le rôle de nos institutions, qu’il y a trois pouvoirs indépendants (au moins en théorie) dans notre république, qui élit les sénateurs, quel est leur rôle, pourquoi certaines personnes (les fonctionnaires) ont un statut, des calculs de salaire et de retraite, différents des autres employés, quelles différences entre les rôles des communes, des intercommunalités, des métropoles, des départements, des régions, de l’État…
    Et encore moins ce qui se fait chez nos voisins pour répondre aux mêmes sujets !

    Peut-être que ces apprentissages ne se trouvent pas dans ce cours d’instruction civique… Mais où alors ?
    Dans 3 à 4 ans, ces enfants seront en âge de voter.
    Ils risquent fort de céder au pouvoir de séduction et de conviction de beaux parleurs qui feront passer ce qu’ils veulent sous couvert de soi-disant sincérité, passion, franchise, charité, etc. plutôt qu’en faisant appel au raisonnement, à la rigueur, à la précision, à l’exactitude et à la prudence…
    C’est pourtant bien une fonction de l’école que d’apprendre aux enfants à devenir des adultes capables de penser par eux-mêmes en s’appuyant sur ce qu’on leur a appris et qui est vérifiable.
    Enfin, c’est ce qui m’a toujours semblé…
    Que quelqu’un me dise si je me trompe !

    Et mieux encore, l’école pourrait leur apprendre comment est organisée la vie des personnes elles-mêmes. Comment on peut être artisan, commerçant, salarié, profession libérale… Comment et pourquoi les règles sociales sont si différentes pour chacun de ces groupes humains.
    Et comment nos proches voisins traitent et résolvent les mêmes questions qui se posent à eux.

  4. De mon temps , dans les années 70, il y avait 20 % de reçus au bac, maintenant on atteint 95 %. Cela veut dire qu’il y a plus d’étudiants en faculté mais que les bâtiments ne sont plus adaptées et qu’il n’y a plus assez de professeurs. Cela veut dire aussi que l’instruction n’est plus la même, les professeurs ont des consignes pour que les étudiants puissent être reçus.
    Il faut donc augmenter le nombre d’enseignants Afin que le nombre d’élèves soit au maximum de 15. Mais il faut aussi créer des locaux. Il faut également revoir les principes de notation des chefs d’établissement afin que ceux-ci soutiennent leurs professeurs. Il ne faut plus que les parents démissionnent.

  5. Les élèves et leurs parents ont évolué . je suis un prof de collège à la retraite.
    Donc la formation des enseignants doit évoluer aussi.

    Actuellement elle est trop théorique.

    Je propose de supprimer une année à l’université ou en ancien IUFM. La remplacer par une année devant des élèves, avec un maitre expérimenté, qui travaillerait sur le savoir faire et le savoir être.

    Au niveau des modalités; par exemple deux postes avec des niveaux différents.

  6. J’ai l’impression que tout est fait « sur papier ». Fermer des écoles parce qu’il n’y a pas suffisamment d’enfants et pour cela surcharger une autre école qui se trouve à plus de 40 mn de trajet . On voit bien que beaucoup de villages se vident et que les contraintes des parents augmentent. Il y a (sur tous les points) un IMMENSE décalage entre les décisions prises et la réalité sur terrain.

  7. En ce qui me concerne je pense que l’effort global de la société pour le budget de l’éducation nationale est suffisant (sauf intégration du handicap), mais celui de l’enseignement supérieur n’est plus adapté à la masse des élèves inscrits.

    Dégraisser le mammouth comme le disait un ancien ministre s’avère compliqué… À mon époque j’ai connu des classes à 35 élèves et on y enseignait correctement. Maintenant au dessus 25 c’est difficile. Demain la norme sera 15 ?
    Les écoles privées arrivent bien en moyenne à garder plus d’élèves par classe, mais d’accord ce ne sont pas les mêmes, surtout en ce qui concerne le comportement. Ce qui montre bien où se situe le problème. Alors la nécessaire intégration des enfants souffrant de handicap…

    Les contraintes de budget et l’inflation des besoins de fonctionnaires font qu’en plus les professeurs sont paupérisés ce qui explique que le métier n’attire plus.

    Le vrai problème c’est que dans certains endroits l’enseignement consiste à faire 45 min de discipline pour 15 min de cours. Que la doctrine du non redoublement et du parcours unique au collège est inadapté à certains élèves, que le laxisme constant et la question de l’autorité, qui dépasse de loin le cadre de l’école, continue à produire les dégâts observés.

    Le discours de la profession et des syndicats du milieu ( 1 million de personnes), qui fonctionne en raisonnement fermé, est toujours dans l’inflation des moyens et cela n’apporte pas les résultats escomptés et surtout notre société devra faire des choix douloureux. Augmenter le budget de l’éducation en acceptant de diminuer nos retraites ou notre sécurité sociale ? Mais non, diminuer le budget de l’armée ! Ah zut on a des méchants états et terroristes dans le monde. Non, tout augmenter et donc aussi les impôts ce qui explique le pouvoir d’achat, le coût du travail et le chômage de masse. Faut changer de logiciel, on arrive aux limites du raisonnement et le Titanic France continue de dériver.

    Qu’en est-il des centres d’enseignement fermés ? Avons-nous une évaluation claire des résultats ? Avons-nous des écoles de la deuxième chance pour les décrocheurs ?
    Quand responsabiliserons nous les familles (y compris financièrement puisqu’il ne semble que seul l’argent fonctionne) ?
    Devons nous accepter de scolariser le monde entier car notre système est accessible ?
    Quand le monde de l’éducation acceptera l’idée qu’ils forment un futur citoyen mais qui devra aussi s’insérer dans le monde du travail et que les 2 notions ne sont pas opposées ? Pour certains enseignants « insérer dans le monde du travail » est encore un gros mot.

    Pour le problème des zones rurales, je pense que la répartition des classes doit être vue au niveau du conseil régional avec le rectorat et pourquoi pas utiliser des fonds de l’aménagement du territoire pour compléter le financement de classes « limites » (comme pour le maintien d’autres administrations en zones rurales).

  8. Ce budget est tout d’abord bien insuffisant. Ce qui se confirme par la multiplication des établissement privé. Ensuite l’éducation n’est vraiment pas égale pour tous et cela peux s’arranger. Avez vous déjà fait un tour dans les locaux de vos enfants, wc, classe ou couloir dans des états laborieux…. la jeunesse est notre avenir il faut les former avec de vrai professeur… certain ancien pedofile et même sans diplôme c’est inacceptable !!

  9. Je pense regrettable d’avoir modifier le plan formation des salariés. En supprimant le volume de formation au profit d’un montant limité pour les formations l’évolution de carrière devient assurément un parcours des combattants pour de nombreux salariés à faible niveau d’études.
    Devant la formation tous les salariés ne sont pas égaux.
    Par exemple des salariés mères ou pères de familles nombreuses doivent s’absenter durablement de leur emploi pour éduquer leurs enfants et de fait elles ou ils se retrouvent pénalisées à leur retour par l’évolution des savoirs théoriques, le retard pour eux s’ est agrandi ; aussi elles ou ils lorsqu’il s’agit du père ont davantage besoin d’études qu’un volume de 500 à 700 euros de formations.
    Il me semble donc là au contraire de ce que vous souhaiter vous nous proposer des économies sans réelles avancées pour la du formation salarié.

  10. L’education passe par la connaissance et la capacité à comprendre un domaine ou une discipline pour lesquels ont a reçu un savoir.
    À l’aube de ma vie, j’ aurais souhaité avoir reçu un enseignement obligatoire sur la compréhension et sur le fonctionnement d’une entreprise ou d’une entité économique…. être capable de lire un bilan de société ou d’une association… comme tant d’autres il m’est arrivé d’assister à des réunions d’association ou d’organisme public où on nous assène une fois l’an les résultats comptable…. on vous présente des comptes dont la compréhension est réservée à des initiés détenteur du pouvoir et au cœur du débat…. si vous souhaitez en savoir plus…. on vous remercie d’avoir posé une question et l’an prochain vous aurez la réponse…

    Voilà la triste réalité du commun des citoyens ignares et que l’on laisse dans son ignorance… comment voulez vous qu’un citoyen mal éduqué envisage de créer une entreprise ou une activité s’il n’a pas reçu au cours de sa scolarité un apprentissage aux B À B À nécessaire….. on aura tout oublié de l’histoire ou de la géographie mais on restera toute sa vie exclu d’une ouverture à la compréhension économique… pourtant c’est l’une des bases nécessaire pour évoluer dans sa vie de citoyen.

    Comment voulez vous être critique objectivement devant tous les messages reçu via les médias sur la situation de notre belle FRANCE quand des spécialistes … des experts vous racontent des sornettes….

    LE SAVOIR et L’EDUCATION est la base de tout raisonnement citoyen.

    Par les temps qui courent et à défaut de connaissance ne faudrait il pas que les comptes de la FRANCE nous soient restitués non pas par nos politiques qui sont juges et parties mais par un corps INDÉPENDANT comme il en est dans les entreprises… un COMMISAIRE AUX COMPTES….à moins que les rapports de LA COUR DES COMPTES si elle est indépendante puisse rendre des rapports dont les contenus soient réellement pris au sérieux et non pas mis au pilon sitôt publiés…QUEL GÂCHIS payé par le contribuable….

    Je sais qu’il existe des cours d’econolie dans certain cursus scolaire…. mais comme le sport… est ce que cet enseignement ne devrait il pas être lui aussi OBLIGATOIRE.

  11. Malheureusement ce n’est pas que notre président, c’est depuis 50 ans que l’on veut faire de l’individu de la matière employable.
    Il faut donner plus de budget aux municipalités afin d’avoir plus de structures et de réduire le nombre d’enfants par classe. Donner plus de formation aux enseignants. Et mettre en place les écoles MONTESSORI

  12. Mettre fin au Collège unique qui est un échec ! Rétablir l’orientation dès la 5ème vers des filières d’apprentissage au lieu de mettre des « rustines pédagogistes » pour les élèves en difficultés. Faire du DNB, un examen pour passer au lycée, sinon redoublement de la 3ème. Assez de bienveillance et de « bidouillage » des compétences au Collège. Redonner le sens de l’effort aux élèves. Trop d’activités ludiques ! Pour quel résultat au final ? Les notes quoique imparfaites sont un indicateur.
    Que fait-on des élèves pénibles, tyranniques qui ont des dossiers entiers d’exclusions de cours, des compilations de mots dans les carnets, qui insultent, injurient, qui mettent la pagaille dans les cours et que les professeurs doivent supporter. L’administration scolaire n’est pas assez sévère. Pas de vagues ! L’Education nationale est devenue la « grande muette » !Changeons la règle du Conseil de discipline qui oblige l’établissement à chercher un établissement d’accueil même pour les élèves de moins de 16 ans. A l’élève perturbateur et à ses parents à trouver un établissement. Pourquoi pas avec les services de l’aide sociale ? Oui le lycée, l’université ne sont pas faits pour tout le monde ! Cessons de mentir aux élèves.

  13. je suggére que, dans les écoles, une fois/semaine ou par mois, un hommage a notre pays soit rendu avec l’hymne chanté par les écoliers dans la cour de récréation

  14. Il faut revenir sur le système du collège unique qui met les élèves en souffrance. L’ inclusion à tout prix n est pas la solution car elle coûterait trop cher ( il faudrait un AVS par élève en difficulté quelle que soit sa nature) et pas forcément concluante. Il faut respecter les capacités et aspirations de tous et revaloriser des filières pratiques dès la 5e.

  15. Pourquoi l’alternance (contrat d’apprentissage) ne permet il pas de cotiser à la retraite et au chômage ?
    Nous sommes salariés au même titre que les autres et parfois nous sommes même plus investit que certains dans nos missions et notre travail est effectif !
    Pour un gouvernement qui veut développer l’apprentissage c’est paradoxal ! Autant mieux payer les apprentis et leur faire cotiser !

  16. Je pense qu’il faut repenser l’Education Nationale (de la primaire aux études supérieures) afin de redonner à celle-ci son rôle « d’ascenseur social ». Aujourd’hui, il y a trop de différence de traitement en fonction de du territoire et de la classe sociale des parents. Pour ma part, je pense qu’il faudrait re-centraliser la gestion au niveau de l’état et rendre les études (logement compris) véritablement « Gratuit ».

    1. La bataille de l’éducation nationale est perdue depuis longtemps… Tu sous tends par ascenseur social que celui travaille fait des efforts pourrait monter dans notre société et donc avoir une meilleure situation que celui qui ne fait rien ? Mais c’est élitiste et anti égalitariste !
      Tous les syndicats ont essayé justement de faire le contraire !
      Les élèves diplômés trouvent plus facilement un emploi que ceux qui ne le sont pas… donc donnons le bac à tous en notant sur 24 s’il le faut.
      Quoi ? Il y a une ou 2 générations les gens savaient s’exprimer avec un certificat d’étude et maintenant on a des bacheliers quasi illettrés, c’est pas grave on recrutera à Bac+2 ou 3 pour le même job et l’éducation nationale va vous dire que c’est un problème de formation…

      Le problème de l’élite scolaire c’est que c’est une élite ! Il faut l’abattre (sic). Finalement si tu deviens un sachant et utilise ton cerveau tu passes à l’ennemi et tu es moins docile et manipulable, comment alors accepter la révolution bolchevique ?

      Par contre ne t’inquiète pas les profs savent comment le système fonctionne et choisissent pour leurs enfants les filières sélectives et souvent en école privée.

      Et pour être un peu sérieux la grande illusion de l’éducation nationale c’est justement son nom. Une grande partie de l’éducation se fait par la famille et le milieu socioculturel dans lequel tu as grandi, des valeurs de base qu’on t’a inculqué que sont le travail, le mérite le savoir… et le respect qui leur est dû. Justement l’administration éducative nationale démontre exactement le contraire quotidiennement au nom de l’égalité des chances et de la pédagogie. La culture de l’effort c’était le siècle passé.

  17. Arrêtez de vouloir tout apprendre, donnez les bases d’écriture, de lecture, des mathématiques de la vie courante, l’anglais. Programme léger pour les autres matières. Quand l’adolescent choisi sa voie, amplifier les cours de sa spécialité et alléger les acquis de base. Nous ne seront pas tous des ingénieurs ou professeurs, il y aura aussi des manuels et des intermédiaires pour construire le pays.

  18. le budget est largement suffisant par contre les moyens sont mal utilisés et l’organisation très mauvaise dans l’education nationale
    1 enseignant avec les élèves pour 3 personnes en administratif

  19. Je suis professeur des écoles titulaire en zone REP+ en classe de CP constituée de 13 élèves.
    J’accueille au sein de ma classe un élève autiste qui n’a aucun suivi à l’extérieur de l’école, autant vous dire que cet élève n’entre pas dans les apprentissages malgré toute la différenciation que je lui apporte. Alors école inclusive oui, mais il y a des limites. Il m’est impossible de mener une séance sans que cet élève se mette en situation de crise, s’enfuit de la classe ou monte sur les tables… Cela fait maintenant deux ans que les parents attendent une place en école spécialisée. En attendant, c’est à moi de le « garder » même quand son AVS est absente. Et je ne suis pas la seule sur le groupe scolaire à recevoir un élève qui attend d’être réorienté.
    Cela montre bien à quel point les budgets sont revus à la baisse et que le nombre d’écoles spécialisées n’augmentent pas en fonction du nombre d’élèves qui mériteraient d’être accueilli au sein de structures adéquates.
    D’autre part, depuis cette année il n’y a plus de psychologue scolaire et de maître G sur l’école. Avec le profil d’élèves que nous avons, cela devient impossible.
    Par ailleurs, je trouve cela inadmissible de ne pas avoir d’infirmière au sein des écoles mais de ne pas avoir de médecine du travail pour nous, enseignants, cela est tout simplement révoltant.
    Pour faire court, ayant vécu un arrêt maladie de longue durée, stupéfaction : personne pour évaluer si mon état de santé me permettait de pouvoir reprendre mon poste. Et pourtant après ce que j’ai vécu et la cause de mon arrêt, les répercutions auraient pu être dramatiques sur mon travail ainsi que sur la sécurité des élèves, si cela n’avait pas consciencieusement été réalisé par mon médecin traitant.
    Pour finir, nombreux sont ceux qui ont reçu une prime mais qu’en est-il des professeurs ?
    Un bac+5 ainsi qu’un concours pour pouvoir être titularisé mais finalement recevoir un salaire aussi dérisoire dans lequel nous devons constamment piocher car le budget alloué en début d’année ne permet absolument pas de subsister aux besoins d’une classe.

  20. Il faut augmenter le salaire des enseignants. Les heures supplémentaires proposées sont largement insuffisantes en nombre pour l’ensemble des professeurs.
    Il faut prendre des mesures efficaces contre les élèves perturbateurs empêchant les autres et les professeurs de travailler.
    Il faudrait arrêter de faire passer des élèves systématiquement dans le niveau supérieur alors leurs résultats sont catastrophiques. Les taux de réussite au Brevet des collèges et du Baccalauréat amusent les enseignants ; bientôt les gouvernements fixeront des taux de réussite supérieurs à 100 % et ça ne choquera personne. On parle de bienveillance dand l’Éducation nationale ; c’est de la démagogie de droite comme de gauche comme du centre.
    Je ne parle pas des retards et absences injustifiées des élèves .
    Et, j’en passe…
    Un professeur ni syndiqué ni militant de parti politique.

  21. Il est urgent de rajouter une orthophoniste dans les écoles primaire ou maternelle en plus du médecin scolaire afin de réaliser les bilans
    car dans ma ville aucun professionnel de dispo car surcharger

  22. Le gouvernement ne devrait pas imposer aux profs leur façon d’enseigner (b et a =ba)
    Les fonctionnaires sont très mal répartis sur le territoire. Tout est trop « concentre »

  23. suppression de l éducation nationale, Rétablissement de l’Instruction Publique !
    retour des maisons de correction pour les élèves qui mettent le désordre dans les écoles !
    remettre le Savoir au centre du système !
    mettre des filtres à chaque palier de cycle !
    remettre un palier d’orientation fin de 5ème !
    multiplier les formations par alternance !
    Merci

  24. Il faut faire des économies ? Alors, il est facile d’en faire dans le domaine de l’enseignement. Comment ? La seule école républicaine et laïque suffit à éduquer les élèves de notre pays, de quelque origine qu’ils soient, de quelque confession qu’ils soient, de quelque niveau qu’ils soient.
    Il faut donc arrêter d’intégrer les dépenses de l’enseignement privé au budget de l’État. Non seulement l’économie réalisée sera colossale mais, en plus, cette économie pourra servir à rétablir une justice quant à l’offre de formation proposée dans l’enseignement public. En effet, comment expliquer que l’on ferme des sections dans l’enseignement public pour les péréniser ou les ouvrir dans l’enseignement privé catholique ? Tous les parents ne peuvent pas payer l’école ! Pire encore ! Toutes les familles n’ont pas envie d’épouser l’idéologie religieuse quelle qu’elle soit !
    Enfin, les administrés sont soumis aux mêmes taux d’imposition qu’ils habitent en zone rurale ou urbaine. Ils doivent donc bénéficier des mêmes services de l’État.
    Cessons de fermer des classes, notamment dans les lycées professionnels, au motif que l’effectif est trop réduit. Il faut prendre en compte les particularités de chaque territoire pour être juste.

  25. – L’enseignement est inefficace (il suffit de lire de nombreux textes sur internet pour s’en convaincre et je ne parle même pas de la formation professionnelle qui a les résultats catastrophiques que l’on connaît car pas du tout adaptée aux offres d’emplois) et archaïque (très peu d’utilisation du numérique que ce soit en cours magistral ou en documentation). Ce ne sont donc pas les moyens qui manque mais les méthodes et les programmes à modifier
    – Arrêter de faire croire aux élèves moyens ou nuls qu’ils sont bons. L’éducation nationale sur-note systématiquement les copies des élèves du BAC et des BTS. Ce système est contre-productif car il donne aux élèves une image erronée de leurs connaissances et de leurs capacités

  26. Et que dire des étudiants post bacs issus des classes moyennes qui n’ont pas droit à une bourse pour finir leurs études. Quand leurs parents doivent payer les livres, les inscriptions aux écoles, le transport et parfois même le logement pour ceux qui vivent loin de l’école c’est une somme considérable qui entache le pouvoir d’achat des ménages moyens alors que les classes modestes et aisés peuvent eux envoyer leurs enfants dans des écoles sans en patir financièrement. Un droit à la bourse pour les étudiants dont les parents gagnent moins de 2000 euros chacun serait plus juste et égalitaire pour tous les étudiants.
    J’attends cette loi avec impatience !

  27. Développer l’éducation par l’apprentissage.
    Des effets positifs pour tous…
    -Un moyen de réduire le chômage, la délinquance,
    l’exclusion sociale…
    Permettre à tous les jeunes en échec scolaire ou déjà déscolarisés,d’accéder à une formation en alternance (travail/formation) avec un salaire égal au smic dès 18 ans.
    -Créer des centres de formation au cœur des quartiers populaires pour y attirer tous les jeunes qui le souhaitent et leur offrir une chance de réussite.
    Bon nombre d’entre eux pourrait y trouver leur voie!

  28. Pour permettre à tous les budgets d’être moins réduits, peut-être faut-il commencer par réduire le nombre d’hommes politiques et tous leurs avantages….diviser par 3 le nombre de ministres serait un bon début, et appliquer la même règle aux sénateurs, députés, conseillers en tous genres.

  29. L’article 26 des droits de l’homme est un accès gratuit à l’enseignement. Ce droit n’est respecté à 100% par aucun état. Le budget de l’éducation fait partie du budget des états et en fonction de la situation économique des pays (des impôts, de l’évasion fisacle,…), l’investissement des différents pays est ajusté donnant des classes variables, des rémunération pour les enseignants qui ne font pas forcément venir les meilleurs et donc un qualité d’éducation qui dépend des recettes du pays. Pour que le droit à l’éducation gratuite soit respecté, le budget nécessaire devrait être sacralisé en dehors du budget des états et une émission de monnaie annuelle par la banque centrale du pays devrait être systématiquement émise (planche à billet) avec des montants permettant des locaux et des rémunérations suffisants garantis et contrôlés par l’UNESCO. Les crises et les guerres ne permettraient plus de créer des manques à l’éducation. Les problèmes d’évasion fiscales n’auraient pas non plus d’impact sur l’éducation.
    Cette revendication est une revendication juste audible internationalement qui permettrait de fédérer tous les GJ autour d’une idée noble plutôt qu’un simple, bête, nul, débile Macron Démission. Insupportable votre revendication !

    1. Le grand débat n’est pas un dépôt d’insultes, la base de l’enseignement est déjà le respect.
      L’enseignement est d’apprendre à lire et écrire correctement. A savoir faire des calculs, les mathématiques. A connaitre les savoirs sur l’histoire, la géographie, le respect des institutions et de la république etc

    2. Serge Payeur, vous auriez pu et même auriez dû vous abstenir d’écrire votre dernier paragraphe. La liberté d’expression existe bien encore sur ce site (pas dans la vraie vie, malheureusement). Cela gâche tout ce que vous avez proposé auparavant, cela ressemble tellement aux petites phrases et expressions méprisantes de notre dictateur : bête, nul, débile. Libre à vous de le penser, mais interdisez-vous de l’écrire, cela donne une mauvaise image de votre personne.